[Critique] Shokugeki no Sôma

Image

Shokugeki no Sôma
Auteur : Yuto Tsukuda (scénario)
Shun Saeki (dessins)
Type : Shônen
Genre : Comédie, Ecchi, Gastronomie

Synopsis: Sôma Yukihira, 15 ans, rêve de surpasser son père Jôichirô, cuisinier de talent, et de reprendre le petit restaurant familial. 

Pour lui, son avenir est tout tracé : dès qu’il terminera sa dernière année de collège, il s’investira à plein temps dans le restaurant.
Malheureusement, son père en décide autrement lorsqu’il accepte un travail à New York, dans un grand hôtel. Avant de partir, il oriente Sôma vers un prestigieux lycée, qui forme les meilleurs cuisiniers du Japon. Mais l’établissement est réputé extrêmement difficile et seuls 10% des élèves réussissent à y obtenir un diplôme. 

Mais Sôma, motivé par son père, a bien l’intention de faire parti des meilleurs.

Shokugeki no Sôma, un manga plutôt original qui n’a pas été encore licencié en France. Il est en moyenne n°3 du Jump (derrière One Piece et Assassination Classroom), je me devais de faire une critique!

(Source du tableau: MFTeam)

 

 

 

Mais d’où peut bien venir ce succès? Pour commencer, je dirai le thème: la cuisine. C’est pas super courant, et ça change de voir autre chose que de la baston. Mais est-ce qu’un thème original fait forcément un bon manga?

Et bien, ce thème original est beaucoup aidé par les impressionnantes illustrations que le manga revêt, le dessin est vraiment soigné, j’avouerai même que les plats dessinés me donnent envie de manger!5e8ec1e05aff38db0e21f01105a28806

 

Ça donne plutôt envie, n’est ce pas?

 

 

 

Bien que le sujet principal soit la cuisine, on retrouve tout de même les idées de surpassement de soi-même pour réussir, et il faut avouer que les concours de cuisine peuvent faire penser à des combats, tellement les personnages se surpassent!

On retrouve le schéma classique du héros qui est « différent » de tous les autres, puisque Souma est dans une école de gastronomie hautement réputé, les élèves de l’école font donc tous parti de la « haute » société, alors que Sôma est cuisinier dans un petit restaurant familial.

Schéma classique mais pas pour autant mauvais, Sôma est l’archétype même du personnage courageux qui ne se laisse pas abattre à la moindre difficulté (c’est encore une fois similaire au héros de Nekketsu, je pense que l’auteur s’en rend bien compte et en joue plutôt bien).

Image

 

 

 

Si c’est pas la classe ça?

 

 

 

 

 

Les autres personnages, plutôt nombreux il faut le dire, sont plutôt attachants.

Image

On retrouve encore une fois le « classique » adversaire qui veut battre le héros lui même, et non pas que quelqu’un le batte avant lui, la jeune fille calme et discrète qui semble éprouver des sentiments pour le héros en secret (bien qu’il ne le remarque pas, évidemment), et même la tsundere (vous savez, la fille qui pète plus haut que son cul mais qui est en fait quelqu’un de gentil) qui, il faut l’avouer, est tout de même énervante (enfin, c’est le but!)

Néanmoins, il y’a nombre d’autres personnages intrigants, comme par exemple « l’élite des Dix » qui regroupe les dix meilleurs élèves de l’école (dont 7 demeurent encore inconnu pour l’instant), et c’est la place de n°1 que vise Sôma, autant dire qu’il a énormément de chemin à parcourir!

Ce qui je pense, contribue au succès du manga, c’est cette manière de présenter tous ces défis qui font office de cours de cuisine, sans pour autant que ce soit répétitif (un peu à la manière de Détective Conan, qui présente toujours des affaires de meurtres mais toujours innovantes!) De ce côté, niveau originalité, on est servis! Il y’a vraiment TOUS types de plats (vraiment tous).

Je compte maintenant aborder un sujet qui va peut être en rebuter certains: le Ecchi. Et oui, on trouve du Ecchi partout, même dans la cuisine! En général, il y’a 2 types de Ecchi: celui qui sert à rien, juste pour le fan service, et l’autre qui est plutôt justifié. Et bien dans SnS, c’est les deux! Le Ecchi est utilisé pour représenter ce que ressentent les personnages en dégustant leurs plats, il a aussi une visée humoristique. Mais je pense qu’à certains moment, on peut s’en passer, inutile de voir une jeune fille dénudée à chaque bouchée, hum?

ImageÇa par exemple okay, elle a mangé du calamar pas bon, donc pour représenter: jeune fille + tentacules, vous connaissez la recette…

Image

             

 

 

 

Ça un peu moins, c’est juste pour le plaisir des yeux, on est d’accord?

 

 

Le manga a sûrement une longue marge devant lui, et pour l’instant, comme je l’ai dit plus haut, tous les défis sont originaux! En lisant, on a vraiment cette envie de voir la suite, savoir si tel ou tel cuisinier va remporter l’épreuve, quel plat farfelu Souma va t-il inventé, comment va t-il se sortir de situation qui joue contre lui? Je pense que de ce côté, vous ne serez pas déçus!

Juste à titre d’exemple, bien que je sois de base un lecteur plutôt assidu de manga (j’en lis tout les jours quoi), j’ai littéralement DÉVORÉ (jeu de mots minable) les 70 chapitres disponibles à ce jour. Le manga sera sûrement licencié dans le courant de l’année en France, alors si vous n’aimez pas les scans, patientez encore un peu!

Selon moi, ce n’est pas par hasard si SnS est dans le top 3 du Jump. De part son originalité, Sôma qui est vraiment super classe, des illustrations qui donnent faim, le suspens lors de chaque épreuve, et sa petite touche d’humour accompagné d’un peu d’Ecchi, je pense que vous vous régalerez en lisant Shokugeki no Sôma!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s